Vitamine J

Vos blessures conscientes et inconscientes vous contrôlent-elles ?

vos blessures conscientes et inconscientes vous contrôlent-elles ?

Vos blessures conscientes et inconscientes vous contrôlent-elles ?

 

Votre peur d’être contrôlé par la figure d’autorité révèle que c’est vous qui gardez le contrôle. Et en vérité, vous êtes contrôlé par votre rejet, votre peur, de l’orgueil, de la rébellion, de l’amertume…

Vos blessures conscientes et inconscientes vous contrôlent-elles ?

Cela va forcément vous isoler, vous rendre indépendant et in-enseignable sur beaucoup de points.

Je pense qu’une personne qui n’est pas capable de dire « Ah! Oui. Tiens, sur ce point je me trompais; merci de m’avoir ouvert les yeux sur ce coup-là », n’a aucune légitimité à exhorter, enseigner, et ergoter les opinions des autres. Le but d’échanges sur les réseaux sociaux ne devrait pas tant avoir raison mais de s’enrichir mutuellement. Le reste n’est-ce pas à qualifier de discussions folles et vaines?

Lors de notre dernier voyage en Israël, Nous avons invité les participants à vivre la prière matinale à 5H30. À l’un de ces matins, nous est revenu ce chant que nous avions reçu dans notre assemblée dans un puissant parcours de prières en Septembre…« Brise en nous les forteresses…»

Combien de leaders même ont besoin d’être délivrés en profondeur. Des vieilles forteresses ancestrales, culturelles, héritées des pères par des attitudes, des enseignements, des esprits démoniaques qui ont élu domicile quelque part dans le monde spirituel, pour nous tenir en laisse, nous retenir, nous dévoyer de l’appel, de la plénitude des promesses de Dieu pour notre vie.

La vérité est que les gens qui refusent la manifestation de l’autorité de Jésus-Christ au travers d’un leader, ont la maladie de contrôler leur vie par peur d’être abusés.

Mon ami, si tu es guéri de toutes ces blessures, tu ne te sentiras en danger nul part, ni quand ton frère sera plus béni, ni quand ceux qui devaient te soutenir t’oublieraient, ni quand une autorité spirituelle parlera dans ta vie en vérité ou de travers.

Qu’est-ce à dire ? Que nous devons devenir des imbéciles incapable de réfléchir par soi-même ? Que nous devrions avoir un maitre à penser qui nous dicterai nos faits et gestes ? Une sorte de gourou qui décide pour les autres ?

Loin de là. Le rôle d’un leader n’est pas de te rendre dépendant de lui, mais de corriger ce qui est vilain dans tes motivations pour le Seigneur. Il est une manifestation de l’autorité de Jésus dans ta vie pour t’éviter de prendre des vessies pour des lanternes ; Il est le garant que tu bâtis sur des fondements solides, car Jésus bâtit son Eglise sur la communion fraternelle, mais aussi sur le fondements des apôtres, prophètes Ect…

Comme je le dis toujours : Mieux vaut apprendre de mon leader que de mes erreurs… Ça fait moins mal !!!!

Qu’as-tu à craindre du conseil d’un leader si tu marches dans la lumière ? Et comment peux-tu imaginer le service divin sans être inclus dans une équipe où forcément il y aura un leader auquel se soumettre dans le but de former une équipe conquérante et organisée ?

Quelqu’un a dit “si tu veux y aller vite, vas-y seul. Mais si tu veux aller loin, vas-y en équipe”

L’erreur fatale des “indépendantistes”, c’est qu’ils resteront seuls. Il est possible que le prophète Elisée fut un indépendantiste. Malgré sa longue marche derrière le prophète Elie, il est possible que ses yeux furent surtout fixés sur la double portion de l’onction. Sa foi a emporté le trophée, mais son cœur l’a laissé seul, sans enfants ni multiplication. Le caractère de Elisée ressort fortement alors que des enfants reçurent de sa part une malédiction qui leur couta la vie.

Le caractère d’un ministère n’est pas forcément parallèle à l’onction. L’onction est une dimension prévue dès la fondation du monde. Elle est venue de derrière nous. Le caractère est ce que nous aurons développé pour l’éternité qui est devant nous. L’onction est le choix de Dieu, notre caractère est le fruit de notre choix à nous de répondre ou pas à l’appel de la transformation.

Heureux les croyants qui embrassent le discipolat, se laissant remettre en question dans leurs motivations, dans leur marche avec Dieu, qui reçoivent un prophète dans sa qualité de prophète. Ils recevront une récompense de prophète.

Jésus a reçu Jean le Baptiste dans sa qualité de prophète et il est lui-même descendu dans le Jourdain pour disparaitre dans l’eau du Jourdain sous la main de ce prophète. Oui Jésus a reçu ce juste dans sa qualité de Juste et il a reçu la récompense du Juste. un alignement parfait. Quand il est sorti de l’eau, le Ciel s’est ouvert littéralement.

Suivons le Maitre de la Moisson. Jésus n’était pas rebelle à l’autorité, il est dans la lumière totale, il marchait librement dans la pureté de son caractère, libre du contrôle des religieux qui eux étaient dans des conflits d’intérêts ; Christ était dans une totale soumission au Saint-Esprit. Il a été se soumettre à la Parole, au travers de Jean le Baptiste qui était la voix qui crie dans le désert comme Esaïe l’avait prophétisé. Jésus a levé des disciples auxquels il communiqua son ADN de disciple.

N’ayez plus peur de la manifestation de l’autorité. Combien même votre leader se tromperait sur un point, cela resterait pour vous l’occasion de rester dans la loi de l’honneur, de la bénir et continuer à soumettre votre orgueil et votre prétention devant Dieu.

Prenez garde que de fuir l’autorité, ce ne soit plutôt vos blessures inconscientes et conscientes qui vous contrôlent.

Rémy Bayle

 

Rémy Bayle